Bi-curieux est un terme compliqué. Principalement parce que ce n’est pas une chose, c’est beaucoup de choses différentes. Elle a acquis une réputation injuste et certaines personnes ont peur d’admettre qu’elles ont l’impression d’être bi-curieuses.

À cause de tout cela, il est important que nous décomposions le terme  » bi-curieux  » et que nous comprenions mieux comment le concept a vu le jour.

L’orientation sexuelle en tant qu’échelle
Sigmund Freud a un jour affirmé que tout le monde est naturellement bisexuel. Ce n’est que par le développement psychologique, tant interne qu’externe, qu’une personne devient monosexuelle. Leur bisexualité devient latente.

Nous avons réfuté de nombreuses théories de Freud au fil des ans, depuis ses idées sur les stades de développement jusqu’aux raisons pour lesquelles le clitoris n’est utilisé que par les femmes immatures. Mais ses idées sur la bisexualité n’ont jamais été totalement prouvées ou réfutées.

C’est plutôt Alfred Kinsey qui a vraiment créé le terme bisexualité innée. Alors que l’hypothèse de Freud était basée sur quelques uns de ses patients, la recherche de Kinsey était basée sur des entretiens avec des milliers de personnes sur leur histoire sexuelle. En se basant sur les recherches de son équipe, ils ont constaté que le comportement sexuel, les pensées et les actions des gens envers le même sexe ou le sexe opposé n’étaient pas constants dans le temps.

Ils ont créé une échelle de 7 points pour déterminer comment une personne s’identifie dans sa sexualité. 0 était exclusivement hétérosexuel. 6 était exclusivement homosexuel.

L’échelle de Kinsey a déterminé que les gens ne sont pas aussi exclusivement hétérosexuels, bisexuels ou homosexuels qu’on le pensait autrefois. En fait, plusieurs autres échelles ont été créées depuis lors qui ont tenté d’élargir l’identité et l’expression sexuelles. La Grille d’orientation sexuelle Klein ajoute avec le temps comme facteur. L’échelle Storms Scale trace l’érotisme sur un axe X et Y. Aujourd’hui, il existe plus de 200 échelles différentes pour mesurer l’orientation sexuelle.

La bi-curiosité en tant qu’échelle
Alors, où se situe le bicarbonate de soude sur cette échelle ? Eh bien, ce n’est pas le cas. Ou du moins, il n’apparaît pas à un seul endroit. C’est partout dessus. Tout point qui n’est pas 0 ou 6 est techniquement bi-curiosité parce qu’être bi-curieux, c’est simplement s’intéresser à quelqu’un du même sexe ou du sexe opposé.

Nous assimilons souvent la bi-curiosité à une personne hétérosexuelle mais « expérimentale » avec une personne du même sexe. Il y a plein de blagues sur la fille qui embrasse sa colocataire à la fac. C’est de la bi-curiosité, mais ce n’est certainement pas la seule forme.

Une personne qui a été lesbienne pendant trente ans pourrait soudainement être attirée par un homme. Ou un homme hétéro marié pourrait être attiré par un nouveau type au travail. Ou encore, ce n’est peut-être pas une autre personne qui en est à l’origine, mais quelqu’un se trouve en train de fantasmer d’être avec quelqu’un du même sexe, sans qu’il s’agisse d’une personne en particulier. Cela arrive, et ce sont toutes des formes de bi-curiosité.

Questions et autres termes
Parfois, la bi-curiosité ne s’appelle pas comme ça. Quand on parle de personnes qui n’ont pas encore pleinement découvert leur sexualité, comme les adolescents, il est probable que ce qu’elles font est appelé « questionnement », car elles n’étiquettent pas encore complètement leur sexualité. D’autres appellent ce qu’ils sont « hétéroflexible » ou « homoflexible ». Plusieurs applications de rencontre ont commencé à utiliser ces termes afin que les partenaires potentiels sachent si la personne est ouverte à quelqu’un du même sexe ou du sexe opposé.

Il est important que nous prêtions également attention à ces termes, en particulier aux questions. Au cours de leur adolescence, il est important que les adolescents sachent qu’il n’y a pas de mal à poser des questions. C’est bon même.

La bi-curiosité n’est qu’une phase de la bi-curiosité
L’une des choses les plus dangereuses à propos de la bi-curiosité est la phrase qui l’accompagne malheureusement. « C’est juste une phase. » Ça revient au concept de bi-curiosité d’être juste deux étudiantes en train de s’embrasser.

Les personnes bisexuelles font l’expérience du bi-erasure tous les jours. Quand tu sors avec un homme et qu’on te dit que tu ne peux pas être bi parce que tu as choisi un homme. Quand tu sors avec une femme et qu’on te dit que tu ne dois pas t’intéresser du tout aux hommes. Quand tu dis que tu es bi et que les gens disent que ce n’est pas réel ou que tu vas juste réaliser que tu es gay ou hétéro plus tard. Ou quand les gens disent qu’être bisexuel n’est qu’une excuse pour tricher, comme si tous les bi sont des tricheurs.

Le bierasure n’est pas limité aux personnes bisexuelles. Les personnes bi-curieuses peuvent en faire l’expérience. Si vous vous identifiez actuellement comme bi-curieux, vous apprenez probablement à vous connaître. Peut-être qu’avec le temps, vous découvrirez que vous êtes bisexuel ou que vous êtes vraiment homosexuel ou hétérosexuel. Ou peut-être vous sentez-vous bi-curieux ou hétéroflexible ou homoflexible vous convient mieux.

L’important, c’est que vous fassiez le choix à votre place. Mais où que vous tombiez, à quelque échelle que ce soit, vous existez et méritez d’être vu. Choisir d’étiqueter, choisir de ne pas étiqueter. Nous apprenons constamment sur notre sexualité et nous apprenons de plus en plus que c’est une chose fluide. Embrassez la fluidité !

Écrivain indépendant

Jacqueline Gualtieri est une écrivaine et blogueuse dont la meilleure amie lui a dit un jour de quitter son emploi et de devenir thérapeute de couple et sexologue. Comme écrire trop lui manquerait, elle s’est dit qu’écrire pour The Date Mix serait la meilleure chose à faire.

Vous pourriez aimer aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *