Écrit par Emily DeSanctis, membre de One Love Writers Corp.

Tout le monde mérite d’avoir des relations saines. Mais les relations saines ne se construisent pas d’elles-mêmes – elles se construisent avec le temps, chaque participant façonnant activement une dynamique saine ou malsaine. Qu’est-ce qui détermine en grande partie la qualité de la relation ? Le comportements de chaque personne.

Malheureusement, peu d’entre nous apprennent à adopter des comportements sains dans les relations interpersonnelles de la même façon qu’on nous apprend ouvertement à conduire une voiture ou à avoir des rapports sexuels protégés. Ce manque de connaissances nous rend vulnérables au risque d’être pris dans des relations malsaines, ce qui peut se produire sans même que nous nous en rendions compte consciemment.

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d’apprendre et de pratiquer des comportements sains à tout âge, dans n’importe quelle relation, que ce soit avec un ami, un partenaire ou un membre de la famille. Et vous n’avez pas besoin de refondre complètement votre vie pour voir des améliorations. Prendre même la plus petite mesure pour s’autonomiser dans une relation peut avoir un impact énorme sur la création d’une dynamique plus saine. Voici quatre façons simples de commencer à adopter des comportements sains dans vos relations aujourd’hui.

1. Dire « Non » sans excuses

Donnez-vous les moyens de vous prendre en charge

Dire « non » à quelqu’un à qui vous tenez n’est pas facile, surtout si vous avez tendance à éviter les conflits et à maintenir la paix en étant trop agréable. Poussés par le besoin de chercher l’approbation et d’éviter la confrontation, les gens se donnent souvent beaucoup de mal pour maintenir leur image de bon garçon ou de bonne fille et éviter les étiquettes désagréables telles que « grossier » ou « égoïste ».

Malheureusement, la minimisation constante de vos propres besoins au profit de la satisfaction des besoins des autres a des effets néfastes sur votre bien-être personnel et celui de vos relations. Tu deviens un paillasson pour que les autres puissent se promener partout. Les sentiments négatifs de ressentiment, d’impuissance, de colère et de frustration s’accumulent sous la surface des relations, sans qu’on s’en rende compte avant qu’elles ne débordent. Avec le temps, le plaisir des gens peut aussi vous attirer vers des tactiques de manipulation plus dangereuses si quelqu’un qui a des intentions malveillantes voit qu’il peut vous tordre le bras pour obtenir ce qu’il veut. Dans de tels cas, au fur et à mesure que votre relation avance, vous verrez probablement les « petites » demandes devenir des demandes avec des enjeux de plus en plus élevés.

Dans une relation saine, les deux parties devraient sentir que leurs besoins sont reconnus, valorisés et pris en compte. Il ne devrait jamais être unilatéral, où une personne cède toujours, et vous ne devriez jamais vous sentir obligé de dire « oui » quand vous voulez vraiment dire « non », surtout quand cela entre en conflit avec vos besoins ou valeurs.

Alors, attention à tout le monde : c’est normal de dire « non ». Grattez ça, c’est plus que bien, c’est bon. en bonne santé de dire « non ». Dire « non » ne fait pas de toi une mauvaise personne. Ce que cela signifie, c’est que vous vous respectez suffisamment pour respecter vos propres besoins, limites et priorités. Cette manifestation de respect de soi est un signal puissant aux autres pour qu’ils vous traitent avec le respect que vous savez que vous méritez et c’est un comportement qui aide à ouvrir la voie à une dynamique relationnelle saine.

Comment peux-tu commencer à dire « non » ? Tout d’abord, donnez-vous le temps de traiter une demande. Retarder la décision, que ce soit d’une heure ou d’une semaine, avec « je vous rappellerai » ou « laissez-moi vérifier » permet d’éviter les situations d’urgence où vous pourriez vous sentir obligé de répondre « oui » sur-le-champ. Cela vous donne aussi le temps de vous mettre en contact avec vos propres besoins ainsi qu’avec cet instinct parfois insaisissable de l’instinct « instinctif », en vous assurant que vous prenez en considération ce qui est le mieux pour vous.

Si et quand vous êtes prêt à répondre par un « non », il est utile de répéter quelques déclarations à l’avance au cas où vous seriez nerveux ou muet ; par exemple, « Malheureusement, ça ne marche pas pour moi » ou « J’y ai beaucoup réfléchi, et je ne vais pas pouvoir », ou simplement « Non, je ne suis pas disponible ».

Bien que vous puissiez donner une raison pour laquelle vous refusez, sachez que vous n’avez absolument PAS à le faire. Un simple « non » suffit, alors essayez de résister à la tentation de trop expliquer ou d’ajouter « je suis désolé » au début ou à la fin de votre réponse. C’est une force d’habitude pour beaucoup d’entre nous, mais en fait, pourquoi devriez-vous vous excuser de vous occuper de vos propres besoins ? Indice : vous ne devriez pas !

2. Prendre une décision et s’en approprier

Donnez-vous les moyens de vous prendre en charge

Le fait d’être trop d’accord avec la prise de décision, en particulier le fait de laisser les autres prendre des décisions à votre place, peut aussi ouvrir la voie à l’épanouissement de relations malsaines. Tout comme céder à de petites faveurs peut sembler inoffensif, déléguer des décisions mineures comme le choix du film à regarder peut également sembler sans importance. Vous vous direz peut-être : « Ça m’est égal, alors je vais laisser quelqu’un d’autre décider. »

Le défi se pose lorsque vous commencez à déléguer habituellement les décisions, à établir un ordre de préséance et à ouvrir la porte à d’éventuelles manipulations et abus. Par exemple, disons que vous finissez toujours par laisser votre ami choisir le film pour votre soirée cinéma hebdomadaire. Finalement, elle finit par cesser de vous poser la question et prend la décision par elle-même. Puis un jour, son petit ami se pointe à votre soirée cinéma et elle explique qu’elle pensait que ce ne serait pas grave puisque vous êtes si froide – vous ne vous souciez même pas du film que vous regardez. Et même si tu es ennuyé qu’il te fasse perdre ton temps de meilleure amie, tu laisses tomber parce que tu es si facile à vivre. N’est-ce pas le cas ?

Ici, votre amie a utilisé votre comportement dans un domaine (choisir un film) et l’a extrapolé à une autre situation (qui pourrait participer à votre soirée cinéma) et a supposé que vous réagiriez de la même façon (en la laissant décider sans avoir l’occasion d’intervenir). Même dans cet exemple assez innocent, il est clair que le fait de donner constamment à une autre personne le contrôle des décisions peut créer des attentes malsaines et créer une pression pour réagir de la même façon même lorsque les circonstances sont différentes.

Dans les relations saines, une seule personne ne devrait pas prendre toutes les décisions ; même si c’était le cas dans le passé, vous avez toujours la capacité et le droit de les changer. Certains défis sains peuvent survenir, surtout si vous sortez d’un rôle très passif et que vous devenez de plus en plus assertif. Par exemple, si vous choisissez le film cette semaine, votre ami pourrait exprimer une déception saine comme « Aww, je me suis déjà excité pour cet autre film. C’est décevant qu’on ne le regarde pas. »

Cependant, méfiez-vous de toute résistance sous forme de blâme, de culpabilisation ou de punition, qui sont des signes d’une relation malsaine. Par exemple, « J’ai mis tant de temps à planifier cette soirée et maintenant tu l’as complètement gâchée » ou « Je ne veux même plus y aller ». Je vais juste traîner avec mon autre ami à la place. » Vous ne devriez jamais vous sentir mal d’avoir affirmé votre opinion d’une manière saine.

Les décisions les plus insignifiantes peuvent être plus faciles à transmettre à quelqu’un d’autre, mais ces décisions sont en fait d’excellentes occasions de s’exercer à s’affirmer davantage parce que les enjeux sont si faibles. Un ami, un partenaire ou un membre de la famille qui vous soutient écoutera et respectera votre opinion.

Donc, la prochaine fois qu’une petite décision est prise, ne la passez pas à quelqu’un d’autre – prenez la décision. Même si cela ne se passe pas bien – par exemple, le film que vous choisissez est un buste – vous commencerez à développer un nouveau sentiment d’habilitation que vous pourrez transmettre à des décisions plus importantes et plus importantes lorsqu’elles se présenteront.

3. Exprimez-vous quand quelque chose vous dérange

Donnez-vous les moyens de vous prendre en charge

Dans les relations amoureuses, ne laissez pas les « petits » trucs glisser quand ça vous dérange. C’est une pente glissante qui peut s’enfoncer dans un territoire malsain sans qu’on s’en aperçoive lorsque le fait de ne pas prendre la parole devient une habitude dont une autre personne peut tirer profit.

Une grande raison pour laquelle les gens ne parlent pas quand les petites choses les dérangent, c’est parce que, eh bien, c’est… petit, et ils remettent en question leur droit d’être contrariés par une situation qui semble insignifiante.

Si, après que quelqu’un avec qui tu as une relation fait quelque chose qui te fait te sentir mal et que tu te retrouves à essayer d’expliquer ta réponse émotionnelle avec une déclaration du genre : « Je sais que je ne devrais pas être fâché/ennuyé/brut/jaloux (remplir l’émotion)… ». STOP. DROITE. ICI.

Vous avez le droit de ressentir ce que vous ressentez – c’est quelque chose qui échappe à votre contrôle ou à celui des autres. Il n’y a pas de réponse unique émotionnelle qui convienne à tous lorsqu’il s’agit de faire face à une situation donnée. Quelle que soit l’émotion négative que vous ressentez, elle est valable et vous indique que vous avez besoin de quelque chose que vous n’obtenez pas.

Lorsque ces émotions négatives surviennent dans une relation, c’est l’occasion de discuter des besoins et des limites avec l’autre personne. Essayez d’aborder le sujet sans blâmer l’autre personne pour qu’elle ne se sente pas attaquée ou sur la défensive. Par exemple, « J’ai ressenti (insérer l’émotion négative) lorsque vous (insérer leur action que l’émotion causée) ». Le fait d’aborder régulièrement les petites choses aide à promouvoir une pratique d’ouverture et de communication au sein d’une relation et peut vous donner la confiance et le cadre nécessaires pour aborder des questions plus importantes à l’avenir.

4. Riez de vos imperfections

Donnez-vous les moyens de vous prendre en charge

Tout le monde fait des erreurs, a des insécurités, ou des défauts qu’il aimerait pouvoir faire disparaître par magie. Ça fait partie de l’être humain. Et quiconque veut nous manipuler, qu’il s’agisse d’un partenaire, d’un ami ou d’un membre de la famille, renifle nos plus grandes craintes et faiblesses et essaie de les utiliser contre nous.

Bien que votre première pensée puisse être de cacher vos imperfections au monde, la meilleure chose que vous puissiez faire est de les posséder fièrement (rien de tel que posséder cette imperfection, n’est-ce pas ?). Le fait de prendre ouvertement vos défauts à la légère les rend moins importants et enlève de puissantes munitions à quiconque essaie de les utiliser pour vous blesser, vous manipuler ou vous contrôler.

Rire de ses propres imperfections communique aussi aux autres que vous vous acceptez tel que vous êtes et que vous vous attendez à ce qu’ils fassent de même. C’est comme dire : « Me voici, à prendre ou à laisser ! » La vulnérabilité est effrayante, mais un partenaire, un ami ou un membre de la famille en bonne santé vous acceptera et vous aimera, vos défauts et tout le reste.

Toutes les relations, même celles qui sont déjà saines, exigent un travail actif pour en arriver là et le rester. La beauté de ces quatre comportements est que vous pouvez les intégrer immédiatement dans vos relations existantes. Mais ne vous laissez pas berner par leur simplicité – changer son comportement est incroyablement difficile et vous trouverez probablement que même la plus petite étape est difficile. Sachez que des changements durables ne se produiront pas du jour au lendemain, alors soyez gentil avec vous-même pendant que vous apprenez et prenez le temps de célébrer vos petits gains en cours de route. Avec de la pratique, vous deviendrez plus autonome et mieux équipé pour établir des relations saines avec les autres.

Vous pourriez aimer aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *