Le sexe dans le monde. Comment la sexualité est vécue dans les différents pays

le sexe dans le monde

Le sexe est fondamental dans toute relation amoureuse, mais la satisfaction dépend de nombreux facteurs. D’abord, c’est là où nous vivons. Que se passe-t-il lorsque nous regardons les chambres à coucher dans d’autres pays ? Combien de fois les gens ont-ils des rapports sexuels en Inde, ou combien de temps ont-ils des rapports sexuels au Nigeria ? Nous avons fait des recherches sur les habitudes sexuelles dans le monde entier pour connaître les principales différences et voir où nous, les Espagnols, nous situons.

La façon dont nous vivons le sexe dépend de l’endroit où nous vivons

Le sexe n’a pas la même importance pour les gens des différents pays. 1Durex, la marque de préservatifs, a mené une étude en 2010 dans laquelle vous pouvez voir à quel point nous concevons la sexualité différemment d’un pays à l’autre. Les différences tiennent compte de la façon dont l’amour est fait, du temps passé et du sens émotionnel qui lui est donné.

Les Grecs, ceux qui donnent le plus d’importance au sexe

Les données sur la sexualité ne doivent pas être considérées comme un simple sexe, mais comme un complément indispensable pour faire fonctionner une relation. La priorité accordée à la sexualité selon les pays est très importante. Pour 80% des Grecs, par exemple, la sexualité est importante ou très importante. Même en Pologne ou au Brésil (79% chacun), l’acte d’amour joue un rôle crucial dans le couple. 67% des Espagnols considèrent que l’acte sexuel est important en amour. Les derniers de cette liste sont la Thaïlande et le Japon où seulement 38% de la population considère la sexualité dans le couple comme un facteur très pertinent.

Dans tous les pays, le sexe est inclus comme un facteur déterminant de la satisfaction du partenaire, lorsque le sexe est mauvais, la satisfaction dans la relation diminue. Le sentiment d’être respecté dans les relations sexuelles est également un facteur déterminant. Parler de ces questions avec votre partenaire peut également contribuer à faire une grande différence dans votre satisfaction dans une relation.

Les Brésiliens et les Grecs, ceux qui font le plus l’amour

La Grèce est également le pays qui montre la voie, avec 164 fois par an. Viennent ensuite les Brésiliens, qui ont la réputation d’être des « latins ardents » : ils font l’amour 145 fois par an. Peut-être que le climat influence le désir de faire l’amour. En Espagne, nous avons 110 actes sexuels par an, ce qui nous place dans la moyenne mondiale. Aux États-Unis, ils le font 85 fois, tandis que dans la file d’attente se trouvent les Japonais qui ont rarement des rapports sexuels avec leur partenaire, 48 fois par an.

L’étude révèle également que 20 % des Espagnols aimeraient pratiquer une activité sexuelle qu’ils ne pratiquent pas normalement. L’imagination et la nouveauté sont des éléments importants de la recette du succès d’un couple.

Le Nigeria, le pays où les relations durent le plus longtemps

Les Nigérians passent le plus de temps sur le sexe. Dans ce pays, les couples peuvent passer en moyenne 24 minutes à faire l’amour. Ils sont suivis par les Grecs avec 22,3 minutes. Aux États-Unis, ils y passent 17,7 minutes et au Brésil 21,4. En Espagne, l’acte sexuel dure 15,6 minutes, ce qui fait de nous le quatrième pays à partir de la queue. La moyenne mondiale est de 18,3. La renommée de « Latin Lover » des Espagnols ne va pas très bien ici.

Ceux qui passent le moins de temps à faire l’amour sont les Indiens, qui n’utilisent que 13,6 minutes pour passer un moment d’intimité avec leur partenaire. L’étude révèle également un fait curieux : dans presque tous les pays, à l’exception de l’Espagne, de la Pologne et de l’Allemagne, les hommes disent que la relation dure plus longtemps que ne le dit leur partenaire. Les horloges semblent être désynchronisées.

Le sexe, un sujet encore tabou dans de nombreux pays

Il semble que dans de nombreux pays, il existe encore des tabous lorsqu’il s’agit de parler de sexualité. Souvent, cela dépend de la culture, de la religion, des coutumes… et cela ne signifie pas nécessairement que ce pays est plus désinhibé, ils peuvent simplement ne pas verbaliser leurs désirs. Au Mexique, 80 % des couples parlent ouvertement de sexe. En Espagne, 56 % des personnes qui ont un partenaire parlent ouvertement de leurs relations sexuelles avec lui, ce qui est beaucoup moins. Au Japon, c’est encore un sujet tabou et seuls 21% se sentent libres de discuter de tout sujet sexuel avec leur partenaire.

Comme on peut le constater, lorsqu’il s’agit de parler de sexe, chaque pays a une culture différente. Les facteurs qui peuvent le plus attirer notre attention, tels que la durée, la fréquence ou l’importance, sont totalement différents. Alors que pour les Grecs c’est un sujet extrêmement important, pour les Japonais c’est un sujet tabou et pas trop important pour garder l’intérêt dans le couple. Les Espagnols sont en plein dedans. Alors que de nombreux couples considèrent qu’il est vital de maintenir l’étincelle dans la relation et d’en parler sans honte, d’autres le considèrent moins important et ont plus de mal à s’ouvrir lorsqu’ils parlent de sexe.

La satisfaction sexuelle, conclut l’étude, repose sur deux choses principales : l’attirance sexuelle pour le partenaire et, d’autre part, le respect et l’intimité. Par conséquent, le désir sexuel ne suffit pas, mais c’est un équilibre, dont l’amour est sûrement une pièce fondamentale pour atteindre ce bonheur sexuel.

Vous avez des questions ? Demandez à notre équipe à : contact@infocirc.org

Sources :

Durex a publié en 2010 l’étude suivante : « Durex Sexual Wellbeing Global Survey « L’étude vise à comprendre les pratiques sexuelles des différentes sociétés dans le monde.

Étude Durex sur la satisfaction sexuelle. 2007 – 2008

Vous pourriez aimer aussi :