La FDA met en garde contre la présence d’amiante dans les cosmétiques de Claire’s

La « Food and Drug Administration » (FDA) a annoncé le 5 mars dernier que certains produits cosmétiques vendus par les détaillants « Claire’s » (une chaîne de magasins américaine proposant également ses produits en France et en Europe) et « Justice » contenaient de l’amiante.

La FDA a pris connaissance pour la première fois de rapports affirmant que certains de ces articles avaient causé des effets secondaires dangereux et indésirables chez les utilisateurs en 2017.

À la fin de l’année, Justice et Claire’s avaient retiré une poignée de produits, dont de la poudre scintillante, du fard à paupières et du gloss à lèvres.

Des essais effectués par des tiers ont d’abord révélé que les produits étaient contaminés. Pour confirmer ces allégations, la FDA a effectué des tests pour déterminer si ces articles contenaient effectivement de l’amiante.

La FDA a publié les résultats des tests le 5 mars, confirmant que trois produits de Claire’s et un de Justice étaient positifs à l’amiante. Elle a ensuite demandé à Claire’s de rappeler les produits contaminés, mais cette dernière a refusé.

Finalement, la société a retiré les articles des magasins et honorera les retours de tout produit à base de talc, selon une déclaration émise par ses responsables. L’entreprise a contesté la mise en garde de la FDA dans sa déclaration, disant qu’elle avait trouvé des problèmes avec les essais de la FDA et la façon dont elle classait l’amiante.

« Il n’y a aucune preuve que les produits vendus par Claire’s sont dangereux. Au début de 2018, les trois produits identifiés par la FDA ont été largement testés par de nombreux laboratoires indépendants accrédités, et tous les produits ont été jugés conformes à toutes les réglementations pertinentes en matière de sécurité cosmétique », a déclaré la société dans son communiqué de presse.

Comme la FDA n’a pas le pouvoir d’exiger un rappel, l’agence a émis une mise en garde demandant aux consommateurs de ne pas utiliser certains fards à paupières, poudres et trousses de contour vendus par Claire’s.

Le ministère de la Justice avait déjà rappelé les articles signalés en 2017.

Ce qu’il faut savoir sur l’exposition à l’amiante

L’amiante est un minéral silicaté d’origine naturelle et un cancérigène connut, ce qui signifie qu’il peut causer le cancer.

Utilisé à l’origine pour fabriquer des produits de construction, des pièces d’automobile et du matériel électrique, l’amiante a été associé à des maladies graves comme le cancer du poumon, le mésothéliome (un cancer de la paroi qui entoure le poumon) et l’amiantose (une cicatrice dans le poumon qui cause des problèmes respiratoires). Il a été associé à des cancers de la gorge et du tube digestif.

L’exposition à court terme à l’amiante ne constitue pas une menace énorme pour la santé, disent les experts. C’est de l’exposition à long terme à l’amiante dont il faut se méfier. Les effets ne se manifestent généralement pas avant environ 10 à 40 ans après l’exposition initiale.

Pour l’instant, il n’y a pas de niveau d’exposition sûr connu pour l’amiante. En général, le matériau doit être évité dans la mesure du possible.

« L’utilisation de ces produits risque de créer une situation où les fibres d’amiante se retrouvent dans l’air. On ne peut pas voir les fibres d’amiante, on ne peut pas les sentir et on ne peut pas les goûter, donc il n’y a aucun moyen pour un consommateur de savoir que l’amiante est présent », a déclaré le Dr Kenneth Spaeth, chef du Service de médecine professionnelle et environnementale à Northwell Health de Great Neck, à New York.

« Sans pouvoir le voir, une fois qu’il est en suspension dans l’air, il peut être inhalé et on est alors exposé à l’amiante », a ajouté Spaeth.

En ce qui concerne les produits cosmétiques, l’amiante est largement lié à la présence de talc, un minéral argileux composé de magnésium, de silicium et d’oxygène. Le talc est utilisé dans une tonne de cosmétiques, comme le fond de teint et le rouge à lèvres, pour absorber l’humidité.

À moins qu’un produit contenant du talc, ou talc en poudre, ne fasse l’objet d’un test de contamination spécifique, il n’y a aucun moyen de savoir avec certitude si de l’amiante est présent ou non, explique Spaeth. Il peut y avoir du talc sans amiante, mais le risque de contamination du talc par l’amiante est élevé.

La réglementation des cosmétiques aux États-Unis a besoin d’une refonte

Au cours de la dernière décennie, l’industrie cosmétique a connu une transformation rapide. Les consommateurs ont désormais plus d’options cosmétiques à choisir qu’ils ne l’ont jamais eu auparavant, a déclaré la FDA. Mais ces changements massifs s’accompagnent de beaucoup de risques et d’incertitudes.

La loi qui régit la réglementation des cosmétiques de la FDA, la « Federal Food, Drug, and Cosmetic Act » (FD&C Act), n’a pas été mise à jour depuis 1938, année où elle a été adoptée. La FD&C Act n’exige pas que la FDA examine et approuve les cosmétiques avant qu’ils ne soient vendus aux consommateurs. Par conséquent, les fabricants de cosmétiques ne sont pas tenus par la loi de tester la sécurité de leurs produits avant leur mise sur le marché.

« Nous devons moderniser la réglementation des cosmétiques aux États-Unis », a déclaré le Dr Steve Xu, dermatologue certifié et professeur au département de dermatologie de l’Université de Northwestern. « Bien que la grande majorité des fabricants opèrent à un haut niveau d’excellence de production, nous ne tardons pas à avoir une autre peur de la santé publique à cause des cosmétiques. »

Selon Xu, les fabricants devraient être tenus de transmettre immédiatement les plaintes des consommateurs concernant leurs produits à la FDA afin que tout problème puisse être détecté le plus tôt possible. De plus, selon Xu, la FDA devrait avoir le pouvoir d’imposer des rappels.

La FDA prévoit d’améliorer la sécurité des cosmétiques

Pour l’avenir, la FDA prévoit de commencer à travailler avec les fabricants pour s’assurer que leurs procédures et leurs produits sont sûrs. L’agence s’intéresse particulièrement à la façon dont les entreprises de cosmétiques s’approvisionnent et utilisent le talc, ainsi qu’à la question de savoir si elles le testent ou non pour l’amiante.

Bien que ce ne soit pas une obligation légale, la FDA demande également aux fabricants de cosmétiques d’enregistrer volontairement leurs produits et d’énumérer tous les ingrédients, y compris le talc.

Spaeth a déclaré : « Le fardeau d’avoir des produits sûrs ne devrait pas incomber au consommateur qui doit traverser le labyrinthe de tous ces produits chimiques et contaminants potentiels. Il devrait vraiment arriver sur les étagères comme un produit sûr. »

Si vous éprouvez un effet indésirable d’origine cosmétique, vous ou votre fournisseur de soins de santé devriez le signaler au système de rapport MedWatch de la FDA ou à un coordonnateur des plaintes des consommateurs.

En bref

La FDA a confirmé le 5 mars que plusieurs produits vendus par les détaillants Claire’s et Justice contenaient de l’amiante. L’agence exhorte les consommateurs à cesser d’utiliser les produits contaminés, car l’exposition à l’amiante a été associée à de nombreux risques pour la santé.